Joyce Jonathan : sa première nuit avec le père de sa fille !

Joyce Jonathan : sa première nuit avec le père de sa fille !

"Moi, je suis pour le premier soir."

Ce qui se passe à Cannes reste à Cannes... ou pas ! Joyce Jonathan a connu de délicieux moments sur la Croisette et a tenu à les partager au micro du podcast "Bliss Stories". Dans cette interview d'une heure et demi, la chanteuse est notamment revenue sur la folle nuit qui lui a permis de rencontrer son actuel amoureux et père de sa fille Ghjulia. 

Invitée à la projection du film d'Almodovàr au Palais des Festivals, elle suit Laury Thilleman dans une soirée piano-karaoké endiablée comme seule Cannes sait les faire. Derrière le clavier, un beau brun qui lui tape dans l'oeil"Je chante et puis progressivement j'avance de plus en plus dans les cerclesEt puis en m'approchant je me disais : 'Mais il joue hyper bien ce pianiste, et en plus il est pas mal'. Et comme il sourit beaucoup quand il joue je me suis dit qu'il me souriait. Ce qui n'était pas du tout le cas. Mais tant mieux, ça m'a mise en confiance" se souvient l'artiste. 

Enhardie, Joyce Jonathan finit par aborder Martial Paoli et le moins qu'on puisse dire, c'est que la chanteuse de 32 ans se montre plutôt directe"C'est vrai que je le kiffe assez instantanément et finalement, au bout de trois minutes, je lui dis : 'Je suis amoureuse de toi'. Ça l'a fait marrer. Mais j'étais une parmi tant d'autres. Finalement, je reste jusqu'à la fin de la soirée, on se parle."

Immédiatement charmée par son adorable accent corse, elle se rappelle bien de la fin de la nuit : "Il m'a beaucoup plu. Mais je ne pouvais pas imaginer que ça serait le père de ma fille à ce moment-là. Il était 5 heures du mat. On est rentrés ensemble. Mon hôtel était en face, c'était pratique. Moi, je suis pour le premier soir." Une soirée enflammée et le début d'une belle histoire, à tel point que Joyce Jonathan préférera retarder son retour à Paris pour prolonger cette folie cannoise. Alors que le fruit de leurs amours a fêté ses un an il y a quelques semaines, on se dit qu'elle a bien eu raison !