Les Enfoirés : le grand regret de Patrick Bruel

Les Enfoirés : le grand regret de Patrick Bruel

Il concerne Vianney...

"2022 Un air d'Enfoirés", le concert de soutien aux Restos du coeur sera diffusé ce vendredi 4 mars sur la chaîne de TF1. Les artistes qui ont participé commence donc à évoquer le sujet, histoire de donner envie aux téléspectateurs de se mettre devant leur télé. Patrick Bruel notamment a fait quelques révélations sur son état d'esprit lors du dernier enregistrement et a également évoqué Vianney.

"Cela fait deux ans qu'on lui dit "Tu vas voir, le public est juste dingue". Sauf que pour l'instant, il n'a encore rien vu !" déplore l'interprète de "Casser la voix" dans Soir Mag puisque les deux dernières éditions des concerts des Enfoirés se sont faites sans public à cause des restrictions sanitaires qui ont été mises en place au moment où le coach de "The Voice" a intégré la joyeuse troupe. Mais enthousiaste et joyeux de nature, cela n'a pas posé de problème à Vianney qui se réjouit de faire désormais partie de cette aventure lui qui a longtemps refusé l'invitation.

D'ailleurs, il a tenu a répondre à ceux qui racontent que l'ambiance au sein des Enfoirés n'est pas toujours très bonne. Bien que récemment intégré, il s'inscrit en faux.

"Je commence à bien connaître cette bande et je peux vous assurer que ceux qui ne figurent pas dans le clip sont incroyables. La bande à Jean-Jacques est riche de tous ces acharnés qui oeuvrent pour les plus démunis. Bénévoles, musiciens, organisateurs, techniciens, chanteurs, acteurs, sportifs, donateurs. Je suis fier d'appartenir à cette troupe."

Et justement, Vianney n'aura pas le plaisir de croiser ou de travailler avec Jean-Jacques Goldman qui, pendant des années, a été le grand architecte des spectacles des Enfoirés. Un manque évident pour Patrick Bruel.

Il a tellement installé les codes des Enfoirés qu’on a l’impression qu’il est toujours là. Le manque n’est pas au niveau du spectacle, le manque pour moi est celui de mon copain de vestiaire. J’avais le casier à côté de lui et nous échangions entre chaque tableau. C’était intéressant de le voir travailler, le voir poser toujours le mot juste, cette rigueur. Nous avons au beaucoup de chance d’être proches de lui. C’est génial d’avoir croisé la route de quelqu’un comme lui, donc oui, il manque à tous."

Une belle déclaration qui ne suffira certainement pas à le faire revenir.