Baignade : Les bons réflexes à adopter pour échapper aux accidents !

Baignade : Les bons réflexes à adopter pour échapper aux accidents !

Découvrez quels sont les bons gestes à adopter !

L’été dernier 1649 noyades accidentelles se sont produits, parmi elle, une sur quatre a été fatale pour la victime, soit, 406 décès ont été recensés par l'enquête Noyades de Santé publique France. Des drames, pour la plupart, évitables… Voici quelques conseils pour profiter de la plage en toute sécurité :

 

Choisissez des lieux surveillés par des maîtres-nageurs sauveteurs. Dans les campings ou clubs vacances, les piscines sont rarement surveillées par des professionnels. L’été dernier, on a recensé le plus de noyades accidentelles dans les piscines familiales (19 %) après la mer (44 %). Axel Lamotte, secrétaire général adjoint du Syndicat national professionnel des maîtres-nageurs sauveteurs explique au Parisien « Le jour de la baignade, buvez régulièrement de l'eau et salez légèrement vos plats. Le chlorure de sodium permet de maintenir l'équilibre d'hydratation du corps ». Le but : limiter les risques de crampe !

 

Sachez qu’il est désormais possible de passer le test « Sécu'nage », créé par le SNPMNS, qui vous apprend à nager, vous sauver vous-même et secourir les autres en cas de risques de noyade ! Il est aussi conseillé de ne pas se baigner seul et au plus de 50 ans de suivre des bilans de santé régulièrement.  En effet, l’été dernier, les noyades estivales concernaient d'abord les enfants de moins de 5 ans (443 dont 35 suivies de décès) et les seniors de plus de 65 ans (346 dont 137 décès).

 

En 2018, les noyades fatales ont principalement eu lieu en mer (40 %), à moins de 300 mètres de la côte. Ne vous éloignez pas à plus de dix mètres de la plage. Effectivement, plus un nageur est loin, plus il diminue ses chances d'être vu par un sauveteur en cas d’accident. De plus, pour ne pas être piégé par la marée, renseignez-vous sur ses horaires auprès des offices de tourisme. Axel Lamotte explique aussi au journal « On évite aussi les fleuves et les canaux ». En effet, en plus d'avoir concentré 22 % des décès l’année dernière, « les rats présents dans ces cours d'eau peuvent transmettre la leptospirose, une maladie bactérienne qui peut être fatale ».

 

Rappelons également que se jeter dans une eau plus fraîche que la température extérieure peut s’avérer dangereu. Pour éviter l’hydrocution, rentrez très progressivement dans l'eau en vous mouillant la nuque ou en vous asseyant.

 

Les piqures de vives ou les brûlures de méduses ne sont pas mortelles en France, néanmoins, elles peuvent gâcher une journée de baignade. Si vous êtes piqué par une vive, prenez un seau d'eau chaude et plongez-y votre pied blessé. Contrairement à la légende urbaine, uriner sur la plaie ne vous soignera pas… Pour guérir une brûlure de méduse, renseignez-vous dans une pharmacie, des spécialistes vous proposeront des produits spécialisés.



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur M Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios