Gims : il sort du silence après la polémique

Gims : il sort du silence après la polémique

"Je ne voulais pas blesser des gens".

Après de longues semaines de silence, Gims est revenu pour la première fois sur la polémique suscitée par son coup de gueule sur Instagram. Début janvier, alors que la saison était aux échanges de voeux, les propos tenus par le rappeur ont fait réagir. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, il s'insurgeait :

"S’il vous plaît avec les ’bonne année’, ’Nouvel An’, laissez-moi avec ça. Vous savez bien que je n’ai jamais répondu à ça, mais vous continuez à m’envoyer des ’bonne année’ tout le mois de janvier et février. En plus, les muslims, on a les mêmes convictions. Arrêtez avec ça ! Ce n'est pas méchant mais restons quand même forts sur nos valeurs, nos trucs à nous. Noël etc, on respecte mais ce ne sont pas nos fêtes."

Des déclarations doublées d'un rappel à l'ordre pour ses confrères musulmans qui ont déclenchés une vague d'indignation auprès des internautes avant d'atteindre la classe politique et d'éclabousser Valérie Pécresse. La candidate à l'élection présidentielle, qui avait compté Gims parmi ses soutiens lors de sa campagne des régionales en Île-de-France, avait fermement condamné ce dérapage, taxé de "communautarisme". 

La femme politique avait d'ailleurs assuré avoir contacté l'interprète de "Sapés comme jamais" pour lui faire part de son mécontentement et ce dernier s'était dit "désolé". Mais publiquement : silence radio. Le chanteur avait surtout pris soin de s'éloigner de la scène médiatique, le temps de se faire oublier, en tout cas jusqu'à dimanche 23 janvier puisque l'artiste a pris la parole dans une interview accordée au JDD. Touché par la controverse, Gims avoue qu'il "regrette totalement" cette vidéo dont il n'avait pas anticipé la portée : 

"C'était un ovni, je ne communique pas comme ça habituellement. Je ne voulais pas blesser des gens. La foi, ça relève de l'intime. Il ne faut pas que les réseaux sociaux soient un tremplin pour parler de ça. (...) Là j'étais fatigué, je venais de regarder plein de snaps pour le Nouvel An. J'étais en train de faire le con."

Le chanteur aux lunettes noires a d'ailleurs tenu à rectifier quelques points, concernant son orientation politique et notamment son soutien à la candidate LR : 

"On a ressorti une vieille vidéo tournée à l'époque où elle n'était pas candidate. Je soutiens sa démarche, en tant que présidente de la Région Île-de-France, pour les jeunes talents. Je l'aurais fait avec tous les autres politiques, sauf avec les extrêmes. Dans cette vidéo, les gens pensent que j'appelle au vote, alors que je n'ai pas la nationalité française. Moi-même je ne peux pas voter !" 

Gims n'a en effet pas la nationalité française, ce qu'il considère comme "l'un de [ses] plus grands regrets". Un mea culpa qui devrait permettre d'apaiser les esprits et de passer à autre chose