Grand Corps Malade : son coup de gueule contre le gouvernement

Grand Corps Malade : son coup de gueule contre le gouvernement
Capture d'écran du clip "Mais je t'aime"

Le slameur et sa complice Camille Lellouche ont fait part de leur agacement face à la gestion de la crise sanitaire.

A l'instar de M. Pokora, Camille Lellouche et Grand Corps Malade ont, à leur tour, exprimé leur mécontentement face à la gestion de la crise sanitaire dans l'industrie du spectacle. Invités dans l'émission Clique, sur Canal +, les interprètes de "Mais je t'aime" ont témoigné de leur incompréhension à l'égard des mesures concernant l'accueil du public. "On est très très très en colère, et moi, je parle au nom de tous les artistes, je pense qu'on sera d'accord avec moi. C'est vrai qu'on est dans un truc où on a le Puy du Fou qui fait 9 000 personnes... Peut-être qu'on va faire un spectacle là-bas, sans masque, mais avec déguisement", a confié Camille Lellouche. La jeune femme de 34 ans, faisait ici référence à la très polémique autorisation obtenue par le parc pour dépasser la capacité maximale d'accueil du public fixée par le gouvernement. Alors que les rassemblements de plus de 5 000 personnes sont interdits, le Puy a reçu 9 000 personnes lors d'un spectacle en extérieur grâce à une dérogation préfectorale.

Un agacement partagé par Grand Corps Malade. "On ne comprend pas bien, c'est une incompréhension, pourquoi dans les avions et TGV, on peut être côte à côte ? On a l'impression qu'il y a une volonté politique de sauver l'industrie aéronautique et de sauver certains secteurs. Du coup, pourquoi on n'essaie pas de sauver le spectacle vivant qui concerne énormément de métiers, il n'y a pas que nous sur scène, il y a les techniciens les musiciens...", témoigne l'interprète de "Derrière le brouillard".

Une question que de plus en plus d'artistes se posent et à laquelle Roselyne Bachelot, ministre de la culture va bien devoir répondre...



En ce moment sur M Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios