Benjamin Biolay passe ses nerfs sur Marlène Schiappa...

Benjamin Biolay passe ses nerfs sur Marlène Schiappa...

Le chanteur est ulcéré par les décisions gouvernementales concernant la culture.

Benjamin Biolay est un des artistes les plus virulents dans la défense des intérêts de la culture lors de cette pandémie de coronavirus. Parent pauvre des mesures gouvernementales, la culture se meurt. Et ce ne sont pas les annonces faites récemment par le Premier ministre Jean Catex qui va calmer le chanteur puisque les cinémas, théâtres et salles de concerts ne sont pas autorisés à ouvrir. C'en est trop pour le chanteur qui se lâche sur les réseaux sociaux et s'en prend à Marlène Schiappa pour passer sa colère en faisant référence au bad buzz de la ministre avec un récent post sur sa coupe de cheveux... Même si la situation ne prête pas à rire, il faut bien avouer que BNenjamin Biolay est assez drôle sur ce coup...

"Il va falloir tenir bon et se trouver des occupations . Si encore j avais les cheveux suffisamment longs pour un lissage brésilien... tenez vous chaud si vous le pouvez. Belle soirée."

Qu'on ne s'y trompe pas, s'il parle aussi pour lui, Benjamin Biolay, est, normalement, à l'abri de problèmes financiers. Le chanteur sait que sa voix à de l'importance et du poids alors, il se fait le porte-parole des intermitents empêchés de travailler. Malheureusement, ces derniers risquent de devoir attendre encore un peu comme l'a expliqué Jean Castex : "Les conditions d'une reprise à compter de début février seront ainsi concertées avec les représentants de ces secteurs. Nous souhaitons leur donner de la visibilité en travaillant avec eux à l'élaboration d'une méthode d'ouverture encadrée et progressive". Un gros coup dur que Benjamin Biolay dénonce avec son post.

Le chanteur qui devait débuter sa tournée dans quelques jours, a publié un autre post quelques heures plus tard avec une affiche d'un film de Jean-Luc Godard, "Le mépris"... Tout est dit.



En ce moment sur M Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios