Lorie Pester n'avait le prénom de sa fille au moment de son accouchement !

Lorie Pester n'avait le prénom de sa fille au moment de son accouchement !

Le couple s'est décidé à l'hôpital

Lorie Pester a mis plusieurs années à tomber enceinte, la faute à la maladie, l'endométriose. Mais la suite allait être tout aussi compliquée. Non pas que la future maman a vécu une grossesse difficile mais simplement parce que sa petite fille est arrivée bien plus rapidement que prévu et que la comédienne et chanteuse et son compagnon n'étaient pas encore totalement décidé quant au prénom. Quand on sait les "conflits" et les prises de tête que cela peut engendrer... Cette fois, le couple n'a pas eu beaucoup de temps pour se décider comme Lorie l'a raconté au magazine Parents. Il leur restait encore normalement plus de cinq semaines pour se décider. Mais la petite a totalement bouleversé leur agenda...

On s’était dit qu’on avait encore le temps. Sauf que quand on est arrivés à l’hôpital et que la sage-femme nous a dit 'Alors, comment vous allez l’appeler ?', on s’est regardé, on a regardé la sage-femme et on a fait 'On peut réfléchir encore et on voit ça plus tard ?' parce qu’on n’était pas encore décidé."

Il faut dire que le couple était à la plage avec un programme bien précis :

"On avait mis les bougies sur la brioche, le soir on devait aller se faire un resto sur la plage, lui devait aller faire du surf dans la journée. Sauf que non parce qu'après avoir soufflé les bougies sur la brioche du matin, mon short était trempé. Et là je regarde mon compagnon et je lui dis : 'Je crois que je viens de perdre les eaux."

Finalement, Lorie et le futur papa se sont décidés finalement assez vite. Elle a admis que le choix s'était imposé de manière "assez évidente".

On était vraiment d’accord tous les deux sur le prénom Nina, on l’aimait beaucoup. Il était dans ma liste, il était dans sa liste. On s’est regardé, on s’est dit : 'Bon, Nina ? Ouais, ok.' C’était comme une évidence, alors que la veille on se posait encore la question, on ne savait pas trop. Et là, quand on s’est retrouvé tous les deux dans la salle d’accouchement, on s’est dit 'Allez !’

Comme quoi, parfois, il ne faut pas réfléchir trop longtemps...