Amel Bent victime de troubles anxieux depuis sa jeunesse !

Amel Bent victime de troubles anxieux depuis sa jeunesse !

Des révélations inédites ...

On le sait, Amel Bent est une femme ambitieuse, courageuse et prête à tout pour décrocher la lune. Mais derrière cette allure de guerrière, se cache une grande angoissée ! Le dimanche 13 juin dernier, sur Instagram, la belle brune expliquait avoir souffert de troubles anxieux dès sa tendre enfance.

En effet, elle s'est associée à la marque de cosmétique Maybelline et à l’association Unafam (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) afin de sensibiliser l’opinion aux troubles anxieux et à la dépression qui touchent aujourd’hui 1 jeune sur 3. Sur Instagram, la compagne de Patrick Antonelli a déclaré :

"Je sais avec le recul que petite, j’avais des troubles anxieux. Je ne savais pas que c’était ça. Il y a l’adolescence où on s’ouvre un peu plus parce qu’on joue un peu les adultes, donc on a des discussions différentes avec les autres. Pour moi, l’adolescence a été la période de tous les possibles."

Elle poursuit : "Et puis il y a l’âge adulte où on se dit : Okay maintenant, je vais faire le bilan de ce que je suis parce que j’ai envie d’être maman par exemple, de réussir ma vie professionnelle. J’ai envie d’être heureuse, d’aller bien, et on fait une rencontre avec soi et on se dit : oui, j’ai ce problème."

Aujourd’hui, l’artiste de 35 ans réussi à dompter les angoisses et les questions qui pouvaient parfois venir la submerger.

"Je ne sais pas si j’ai réellement trouvé la bonne personne, mais je crois que je suis devenue la bonne personne pour moi-même. L’anxiété, c’est un peu comme une vague qui arrive, qui vous enrobe, qui vous entraîne. Pour aller mieux, il n’y a pas une personne qui me fait me sentir mieux. C’est surtout sentir venir la vague, choisir tout de suite le bon chemin pour ne pas sombrer, pour ne pas me laisser entraîner ou je peux très vite me renfermer, voire vraiment broyer du noir, peut-être même saboter mes projets, saboter mes relations."

Elle conclut : "Je vais avoir 36 ans et la famille reste encore mon plus beau soutien. C’est vraiment mon radeau dans la tempête."


Bravo Amel !