Jean-Louis Aubert revient sur ses problèmes de santé

Jean-Louis Aubert revient sur ses problèmes de santé

Le chanteur explique les épreuves par lesquelles il est passé.

Alors qu'il réussit désormais à jouer de la guitare et fait des vidéos dans lesquelles il chante sur les réseaux sociaux, Jean-Louis Aubert est revenu sur ses récents problèmes de santé dans une interview donnée à Paris-Match. Au départ, il pensait avoir attrapé le Covid mais la suite a plus beaucoup plus difficile. Il raconte comment sa vie a basculé.

"Je pensais avoir attrapé le Covid, car je sentais une petite gêne", explique-t-il dans les colonnes de l'hedbomadaire. Prudent, le chanteur va ensuite passer un scanner pour voir ce qu'il en est vraiment. Et là, c'est la très mauvaise surprise puisque les médecins lui trouvent un problème au coeur. "Les poumons sont bien (…) Mais le coeur n’est pas bien du tout." Le verdict est sans appel : le chanteur a la valve aortique trop petite, une malfornation de naissance, inhérente à sa famille. La seule solution, opérer au plus vite car "la conséquence, c'est que tu peux mourir du jour au lendemain ou subir une attaque cardiaque qui te laisse dans un drôle d'état." Jean-Louis Aubert subit donc une opération à coeur ouvert de plus de 4h30 qui se passe bien mais le laisse affaibli. Mais le pire était encore à venir puisqu'à son retour chez lui, le chanteur de Téléphone a dû faire face à de nombreuses complications.

"Un matin, je me suis réveillé avec 40 de fièvre, j'avais chopé, je crois, une infection à l'hôpital qui était dans la vessie et dans les reins. Panique à bord. J'ai dû recevoir une piqûre d'antibiotique par jour pendant un mois. Ça a ralenti mon mouvement, ma cage thoracique a eu peur, c'est comme si on était entré dedans par effraction et c'est ce qui a provoqué au final une douleur aux épaules (...) Une minute de guitare équivalait à deux heures de souffrance. C'était impitoyable. Je ne voulais pas que ça m'atteigne, c'est ma nature de toujours avancer, mais je me suis retrouvé très diminué."

Et ne plus pouvoir jouer de musique est la douleur ultime pour ce passionné : "A quoi me sert un coeur qui fonctionne si je ne peux pas vivre ma passion ? Autant tomber…" Pour autant, il ne renonce pas et continue à se battre avouant être déjà passé par des moments très durs. "J'ai déjà vécu par le passé ce genre de situations, à la séparation de Téléphone, puis après pour des choses plus personnelles." Alors puisqu'il ne peut plus jouer de guitare, il va se concentrer sur la MAO, la musique assistée par ordinateur, propre au rap ou à l'electro par exemple.

"La musique s'est mise à couler à flots (...) J'étais comme un môme qui joue aux jeux videos toute la journée, il faut être habile car c'est très complexe. Ça m'a sorti de mes habitudes".

Et cela lui a permis de tenir en attendant de retrouver son prolongement naturel, sa guitare.