Tex : des propos gênants pourraient lui faire perdre son procès

Tex : des propos gênants pourraient lui faire perdre son procès

« Je les prends par devant, par derrière, sur le côté »

Le procès de Tex contre son ancien employeur des Z‘amours a commencé hier. L’animateur était devant les Prud’hommes de Paris pour réclamer 1,2 millions d'euros d'indemnités pour avoir été viré de l’émission.

Dans le détail, il réclame 660 000 euros (2 ans de salaires à 27.500 euros par mois) et presqu’autant d’indemnités. Pour faire valoir ses arguments, il avance aussi le fait qu’il a bénéficié de 144 CDD en 17 ans, estiment qu’ils auraient dû être requalifiés en CDI.

L’animateur pensait sûrement gagner facilement son procès. Seulement voilà, plusieurs éléments risquent de lui causer du tort. Le Parisien révèle qu’en premier lieu, Tex a été pris en flagrant délit d’enregistrement de l’audience, ce qui est totalement illégal. L’animateur s’est défendu : « Bah je n’ai pas de script, moi. Et puis, je ne savais pas », alors que c’est écrit en gras à l’entrée de la salle. Maître Jérémie Assous, qui le défend, demande alors à son client de supprimer le fichier. « Voilà, il n’a rien enregistré », assure l’avocat à la présidente de cette audience du conseil de prud’hommes de Paris.

Mais cette « erreur » n’a été que le premier des incidents. L’avocat de la production des Z’amours a présenté des enregistrements contenants des propos que l’ex-présentateur aurait prononcé entre deux prises.

Concernant sa blague faite sur C8 qui, selon Tex, aurait entraîné son éviction, l’avocate de la production cite l’animateur : « Je l’ai fait pour le buzz. De toute façon, je savais ce que je faisais. C’était pour faire parler de moi. » On est bien loin d’une blague « innocente » comme il le déclarait il y a quelques mois.

Mais l’avocat de la défense fait part d’enregistrements bien plus gênants. L’animateur aurait dit à propos d’une candidate : « C’est une chiennasse avec ses grosses loches. » Il aurait aussi tenu des propos insultants envers Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, qui avait réagit publiquement après la blague de l’humoriste sur C8.

Enfin, la Défense dévoile une conversation encore plus trash. Tex aurait dit à une collègue : « Ah, je t’ai pas encore baisée ? Parce que tu le sais, je les prends par devant, par derrière, sur le côté. »

Tex a réagit rapidement à ces accusations : « C’est dégueulasse. Ces méthodes sont déloyales. C’est de l’espionnage. On voudrait détruire ma réputation, on ne ferait pas mieux. Vous êtes là à vous faire insulter et vous ne pouvez même pas répondre. »

Le verdict sera rendu le 27 juillet prochain