Renaud : Bénarbar prend sa défense

Renaud : Bénarbar prend sa défense

Bénabar remonté après un article sur son ami.

Renaud vient de sortir son nouveau titre "Si tu me payes un verre". Mais la chanson n'a pas plu à un journaliste du Figaro qui a fortement critiqué l'artiste dans un article. Bénabar a alors pris la défense de son ami sur les réseaux sociaux.

Renaud sort son nouvel album "Métèque" le 6 mai. Cet opus sera composé de reprises modernisées de chansons classiques du répertoire français. Parmi les titres, "Si tu me payes un verre", une reprise du texte de Serge Reggiani. Pour le clip, Renaud s'est fait accompagner de Jean-Paul Rouve dans un bar parisien à refaire le monde.

Mais ce titre et la mise en scène qui l'accompagne n'ont pas plu à un rédacteur du Figaro. Le quotidien a publié un article titré "La chanson française trinque". Un papier qui, on le comprend vite, n'est pas à l'avantage du chanteur. Et l'auteur ne s'arrête pas là. "Cela ressemble à de l'acharnement thérapeutique" ajoute-t-il, insinuant qu'on aurait forcé la main à Renaud, dont la santé inquiète, pour cet album.

Bénabar a rapidement pris la défense de son ami sur les réseaux sociaux. En duo sur le titre "Chez les Corses", le chateur voit Renaud comme un grand poète. Sur Twitter, il a publié quelques lignes à l'encontre du rédacteur de l'article. Il le qualifie de ""journaliste" à la déontologie très souple" qui "tente d'exister en crachant sur Renaud". Le chanteur dénonce également les mots "acharnement thérapeutique" utilisés dans l'article. Avis qui n'est, selon lui, que "destiné à satisfaire un ego frustré".

Bénabar termine en qualifiant Olivier Nuc de "'idiot utile du "Tout-petit-Paris chic".