Françoise Hardy milite pour l'euthanasie : "Je suis dans un état de souffrance cauchemardesque"

Françoise Hardy milite pour l'euthanasie : "Je suis dans un état de souffrance cauchemardesque"

La chanteuse veut son droit à mourir !

À la suite de son interview donnée à Paris-Match à l'occasion de la sortie de son livre "Chansons sur toi et nous" dans lequel elle commente ses propres textes tout expliquant leur genèse et sa façon d'écrire, Françoise Hardy s'est confiée comme rarement sur des sujets plus intimes comme son cancer, ses peurs, mais aussi sur l’euthanasie.

Des propos qui divisent et qu’elle a souhaité réitérer le mardi 30 mars dernier lors d’une interview accordée à RTL :

"À partir d'un certain moment où il y a beaucoup trop de souffrance et où il n'y a aucun espoir, il faut abréger les souffrances. C'est la moindre des choses. C'est humain. Ma mère a eu la maladie de Charcot qui est absolument insupportable. Elle a pu, avec ma complicité, se faire euthanasier. De savoir que son médecin pourrait l'aider et faire en sorte qu'elle soit euthanasiée quand elle ne voudrait plus continuer à vivre cette horrible maladie, ça a été un confort extraordinaire". 

Pour l’artiste, il est nécessaire d’accorder le droit à l’euthanasie… Des convictions personnelles qu’elle serait prête à défendre :

"Il faut que la France en fasse autant. Je suis dans un état de souffrance vraiment cauchemardesque la plupart du temps".

Aujourd’hui, la mère de Thomas Dutronc ne craint pas la mort, mais elle appréhende de devoir rendre l'âme dans la douleur :

"Ce n'est pas le mot fin qui m'effraie (...) ce qui me fait peur, ce n'est pas la mort elle-même, c'est de mourir. En général, ça passe par des souffrances pires. Moi, je suis dans un état de souffrance vraiment cauchemardesque la plupart du temps et si ça doit être encore pire pour rendre l'âme...".

Des mots difficiles à entendre et à lire... Aujourd’hui, la chanteuse de 77 ans en arrive à une conclusion sans équivoque : elle ne pourra plus chanter.

"J'ai du mal à vous parler. Quand on a plus de salive et qu'on est sourde d'une oreille, c'est à cause des rayons (...) je suis complètement asséchée de partout. Ce n'est pas possible de chanter quand on a plus de salive."