Jean-Luc Lahaye : une autre de ses victimes sort du silence

Jean-Luc Lahaye : une autre de ses victimes sort du silence

La situation du chanteur ne risque de s'arranger.

Jean-Luc Lahaye dort en prison depuis que deux jeunes femmes l'ont accusé de "viols et agressions sexuelles sur mineur de plus de 15 ans" ainsi que "corruption de mineur". Si le chanteur a déjà demandé sa mise en liberté, celle-ci lui a été refusée par le juge et la star des années 80 ne risque pas de passer la fêtes chez lui puisque, maintenant, qu'il est enfermé, les langues se délient et une autre victime présumée du chanteur a livré un témoignage glaçant dans les colonnes du Parisien. Elle se réjouit notamment que l'artiste soit incarcéré.

"J'espère qu'il va y rester. Pour moi, c'est terminé, mais il faut l'empêcher de recommencer."

Et quand les journalistes lui demandent pourquoi elle n'a pas porté plainte dès 2004, deux ans après les faits, elle met en avant la réaction des policiers.

"Les policiers de la brigade des mineurs ont été très violents, m'ont dit des mots vulgaires, m'ont demandé si je faisais la p*te..."

A 14 ans, Nadia (son nom a été changé) afin de respecter son anonymat, se rend régulièrement en boîte de nuit malgré son jeune âge. Elle fréquente notamment le Studio 287 dont le propriétaire n'est autre que Jean-Luc Lahaye. Un soir de jour de l'an, il lui offre du champagne et lui propose de lui faire visiter les coulisses de son établissement. C'est là que se produit l'agression. Elle sera forcée d'avoir un rapport sexuel avec l'artiste et l'un de ses amis. "Démunie", elle mettra plusieurs années à comprendre qu'elle s'est fait violer.

Jugés, le chanteur et son ami seront condamner à seulement 10 000 euros d'amende pour atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans"

"Quand il a pu sortir libre, j'ai mis les mots sur ce que j'avais vécu. J'ai compris que j'avais été violée et que la justice venait de lui mettre une petite tape sur les doigts. Ce qu'il m'a fait ne semble avoir eu aucun impact sur lui. On aurait dû l'oublier (...) mais, il a continué à passer à la radio, il a fait des films... À ce moment-là, ça me rend dingue, ce n'est pas juste. Après deux heures au tribunal, il a repris sa carrière alors qu'il avait broyé ma vie, que j'étais au fond du gouffre."

Même s'il n'a pas encore été jugé, il semble que les moeurs de Jean-Luc Lahaye l'aient rattrapé et que cette fois, il serait étonnant que la justice soit aussi clémente avec lui...