Christophe Maé en duo avec Jul ?

Christophe Maé en duo avec Jul ?

Voilà un duo que l'on attendait pas. À en croire Christophe Maé, un duo avec Jul ne lui déplairait pas.

Serait-ce la période duo pour Christophe Maé ? Après un duo entre lui et Youssou N'Dour, on apprend que l'interprète de "Casting" ne serait pas contre un duo avec le rappeur marseillais Jul. Dans les colonnes du Parisien, Christophe Maé déclare : "J'ai un grand respect pour ce qu'il fait, pour les gens qui ne dorment pas, et ce n'est pas donné à tout le monde d'être aussi créatif (...) Je l'ai croisé une fois et on en avait parlé ! Si on a la chanson qu'il faut, la porte est toujours ouverte ". Après tout, il "vit" avec Jul puisque ses garçons, et surtout le plus vieux, Jules, est un fan de rap et de hip-hop : "J'entends du soir au matin du hip-hop, de Moha La Squale à Bigflo et Oli en passant par Jul. Je kiffe de les voir danser. Je chante "Tchikita" de Jul avec eux, on s'éclate ". Tout est donc possible alors. 

À côté de ça, Christophe Maé a parlé de son confinement et de son vécu : "Nous sommes descendus de scène et nous l'avons appris (le confinement) en allumant la télévision. Même si on s'en doutait, ce fut un coup de massue (...) Ça a pris une ampleur inimaginable. C'était beaucoup de frustration. Ça faisait plus d'un an et demi que j'imaginais ce show dans les moindres détails et, d'un coup, tout tombait à l'eau ". Cependant, le papa de deux enfants a  pu passer son confinement en famille et dans un cadre plutôt sympathique : "Nous avons de la chance, j'étais dans ma maison, dans un petit village entre Aix et Marseille, c'était cool et il a fait beau. Les dix premiers jours, j'ai tourné en rond, j'étais dégoûté, malheureux de ne pas faire cette tournée. Mais, en vérité, il n'y avait vraiment rien de dramatique (...) Ça a été une occasion unique et magique pour passer du temps en famille ". 

La tournée de Christophe Maé reprendra dès le 4 septembre au Stade Pierre Mauroy de Lille, et le 4 décembre à L'Accor Arena de Paris. Mais il prévient : "pas question de jouer devant 4000 masques".