Charles Aznavour : 1 an après sa mort, le fisc s'intéresse à lui

Charles Aznavour : 1 an après sa mort, le fisc s'intéresse à lui

Les dernières tournées du chanteur, disparu il y a tout juste un an, pourraient coûter assez cher.


La Direction générale des finances publiques s'en prend à Charles Aznavour. Bercy cherche à savoir si tout était en ordre lors des dernières tournées du chanteur. L'enquête ne daterait pas d'hier mais de 2011. 

 

Selon le magazine "Le Point", "Les limiers de Bercy sont particulièrement intéressés par Adanarts International, une entreprise basée au Panama. C'est par elle que circulaient les revenus des concerts à l'étranger de Charles Aznavour. Mais celle-ci pourrait bien avoir été une coquille vide. Les impôts considèrent en effet que les concerts auraient été organisés par Musarm, la société française. Mais les revenus n'auraient pas été déclarés en France. Les dirigeants de l'entreprise jurent quant à eux ne s'être occupés que des concerts dans l'Hexagone. Stéphane Hasbanian, l'avocat de Charles Aznavour, précise ne pas avoir eu connaissance de contrôles fiscaux liés à ses concerts à l'étranger."

 

Une bien triste histoire pour celui qui reste en haut de l'affiche, puisqu'il sera le héros de son propre film "Le Regard de Charles", documentaire sur la vie de ce grand homme de la chanson française, qui sort ce mercredi.