Enora Malagré se confie sur sa triste histoire d'amour avec un jeune homme

Enora Malagré se confie sur sa triste histoire d'amour avec un jeune homme

"On pardonne tout à la jeunesse"


Après son départ de Touche Pas à Mon Poste il y a un an, Enora Malagré a lancé un site dédié aux femmes avec l'animatrice Justine Fraioli, la "Women Trade Family". Le média divise en quatre rubriques: la tête, le corps, l'âme, avec des portraits de femmes et les coups de cœur des deux femmes. La jeune Finistérienne a récemment raconté un flirt avec un homme plus jeune qu'elle, qui avait mal fini:" un joli garçon, un corps inutile, de face il semblait de profil mais il avait un visage d’ange qui écoute du folk. On s’est plu immédiatementJe l’ai invité à dîner, on s’est embrassés, j’ai payé. On s’est revus, on a dîné, j’ai payé. On a couché ensemble, ce n’était pas terrible… on pardonne tout à la jeunesse". 

Cependant cette histoire se fatigue rapidement: "Je l’ai emmené en week-end en Italie, on s’est baignés, j’ai payé. Il m’a regardé dans les yeux, ses jolis yeux… il m’a dit je t’aime, j’ai cru que c’était pour la vie même si du coup j’envisageais que la mienne soit plus courte… On a mangé dans des restos merveilleux, j’ai payé, on a vogué sur un bateau en direction de Capri, j’ai payé". Plus le temps passe, plus l'animatrice de télévision voit s'évanouir ses espoirs d'amour: "C’est l’automne. Le jeune serveur bosse beaucoup, moi un peu moins (...). Il commence à me planter, il ne vient plus, je l’attends des heures, il m’envoie des textos avec des smileys de singes qui pleurent, je me dis qu’il est triste… mais pas du tout, ça veut dire qu’il sort de boîte. Je ne comprends rien…il rit bêtement, fait des vannes lourdes quand moi j’aborderais bien le conflit israélo-palestinien (...). Et puis, le sexe est toujours aussi nul… Il commence à me parler d’argent sans arrêt, je crois qu’il veut de l’argent de poche putain !!".

Dans sa confession, Enora Malagré raconte que le jeune homme finit par la larguer: "Il m’ex­plique qu’il n’a plus envie de moi, que je suis trop âgée. (...) Il me jette comme une merde (...). Il préfère 'les filles d’une nuit qui adorent partouzer'. Avec son franc parlé légendaire, l'ancienne chroniqueuse de "C'Cauet" conclut avec cette phrase: "Finalement, se taper un petit jeune c’est sympa mais c’est cher payé !".