En 2017, nous serons tous donneurs d’organes par défaut.

En 2017, nous serons tous donneurs d’organes par défaut.

Dès le 1er janvier, l’avis des familles ne comptera plus.


Le principe de consentement présumé est déjà inscrit dans la loi Caillavet qui date de 1976.

Le texte prévoit que tout défunt est considéré par défaut comme donneur.  Sauf si vous êtes inscrit préalablement au registre national des refus. Qui est déjà en ligne, vous avez juste besoin de votre carte d’identité pour vous inscrire.

Cela ne reste qu’une théorie, car souvent les médecins préfèrent demander l’avis de la famille avant de prélever un organe. Et dans 32% des cas, c’est un refus.

A partir du 1er janvier et l’entrée en vigueur de l’amendement de la loi santé. Il ne sera plus nécessaire de demander l’avis de la famille. Seule l’inscription ou non sur le registre sera prise en compte sur le registre.

Cette décision a été prise alors que l’ordre des médecins était contre ce système. Il craint que les familles soient exclues de ce processus de dialogue.

 En 2015, 5 746 greffes ont été réalisées en France. L’hexagone compte actuellement 20 000 patients en attente.