Raphaël revient sur le tourbillon qui a suivi le succès de "Caravane"

Raphaël revient sur le tourbillon qui a suivi le succès de "Caravane"

Un moment à la fois agréable et difficile.

En 2005, Raphaël a sorti un album passé depuis à la postérité, "Caravane". Dans ce disque, on retrouvait des titres comme "Caravane" justement, "Ne partons pas fâchés" ou encore "Et dans 150 ans". De véritables tubes qui ont changé la carrière du chanteur mais aussi sa vie. C'est ce qu'il a révélé dans un nouvel épisode du podcast "Les gens qui doutent".

"J'ai eu un très gros succès qui m'a un peu perturbé, c'était énorme, je ne pouvais plus sortir dans une rue. Ce n'était pas ce que je voulais, je n'ai pas cherché ça comme un but dans la vie donc j'étais un peu dépassé. Il y avait des gens qui m'attendaient en bas de chez moi pour me filmer tous les jours, il y avait des gens qui dormaient sur mon palier. On attire un certain nombre de cinglés quand on est dans ce genre d'échelle-là. Il y avait des gens qui avaient agressé ma meuf, c'était vraiment très compliqué."

D'autant plus que pris dans un tourbillon, Raphaël a voulu saisir toutes les opportunités qui se présentaient à lui, notamment pour faire plaisir au public, quitte à s'oublier.

"J'étais tout le temps en tournée, tout le temps en télé. On est sollicité pour des choses qu'on fait parce qu'on veut faire plaisir aux gens mais qui ne vous ressemblent pas forcément. On a une forme de pression, on n'a pas envie d'être grossier donc on fait plein de trucs."

Finalement, cette période a pris fin et cela a fait du bien au chanteur comme il le reconnaît : "C'est momentané et c'est bien. Mais du coup, j'étais perturbé".

Et sous une certaine pression, celle du public mais aussi de sa maison de disques, Raphael a pourtant gardé la même équipe pour son album suivant, mais, cette fois, la recette n'a pas aussi bien fonctionné avec "Je sais que la terre est plate"

"Sauf que le charme ne pouvait pas se renouveler, c'est le contrecoup des gros succès, tous les artistes ont connu ça. On met du temps à s'en débarrasser, à s'en remettre. C'est des montagnes russes."

Aujourd'hui, le chanteur trace sa route en en faisant sa musique, pas celle qu'on a envie de lui faire faire et ça lui va tout aussi bien.