Jérémy Frérot : "interdit bancaire" à ses débuts !

Jérémy Frérot : "interdit bancaire" à ses  débuts !

Des débuts compliqués qui ont failli lui coûter sa carrière.

Se lancer dans une carrière musicale n'est pas chose aisée, surtout quand on n'a pas d'expérience, de carnet d'adresses ou de compte en banque très fourni. Et ce n'est pas Jérémy Frérot qui nous contredira... Car avant de goûter au succès et à la renommée avec son acolyte Florian Garcia au sein du groupe Fréro Delavega, le chanteur a connu des épisodes moins reluisants. Entre autres : quelques revers de fortune, dus à un tempérament rebelle et indépendant. 

"J'avais pris le pari de dire à mes parents que maintenant j'allais décider tout seul. Je voulais prendre ma vie en main" explique le Girondin dans une interview accordée à nos confrères de Télé-Loisirs. Une décision totalement innatendue et un peu hasardeuse pour celui qui reconnait n'avoir "pas été serein du tout". Il faut dire que ça a de quoi surprendre : Jérémy Frérot est à l'époque étudiant et prépare un diplôme de professeur de sport. S'il a commencé la guitare à 17 ans, ses parents sont à mille lieux d'imaginer que la musique est sa nouvelle passion : 

 "Je me rappelle très bien de ce Skype. À ce moment-là, j'habite à Saint-Denis dans le 93 car je vais à la fac à Bobigny. Je décide de tout arrêter pour faire de la musique et je ne peux pas rentrer chez moi car je suis interdit bancaire. Je ne peux pas prendre les billets de train."

Un choix de vie radical qui fait grand bruit : "je reçois des messages de mes frères et sœurs qui me disent : 'C'est chaud ce que tu as fait, tu as lancé une bombe. Ils cogitent beaucoup trop’ ." Mais pas de quoi décourager le jeune artiste. Après "une grosse discussion" avec ses parents : "ils ont accepté mais en me disant : 'Bon maintenant, tu te débrouilles tout seul. On ne t'aide plus'" se souvient-il. Une rencontre décisive avec Florian, puis une audition "The Voice" plus tard, la machine est lancée, avec le succès que l'on connaît. On imagine que Jérémy Frérot ne regrette rien !