The Voice : Whalil veut proposer autre chose

The Voice : Whalil veut proposer autre chose
TF1/ITV/Bureau233

Et montrer une autre facette de son talent.

Chanteur de soul, mais pas que, Whalil a pris le parti, pour l'épreuve des KO de sortir de sa zone de confort afin de montrer une autre facette de son talent aux coachs et aux téléspectateurs. En espérant que ce choix plaise et lui permette de continuer l'aventure "The Voice".

Pour cette épreuve, les candidats choisissent souvent des chansons qui représentent quelque chose pour eux. Est-ce aussi ton cas ?

Oui. J'ai choisi une chanson qui me parle et évoque des choses pour moi. Elle résonne en moi, même si c'est une grosse prise de risque pour moi car ce n'est pas un répertoire avec lequel je suis à l'aise ni auquel j'ai l'habitude de me confronter et ce n'est pas du tout une chanson que j'écoute depuis longtemps ou que je chante régulièrement. Je ne voulais pas choisir la facilité pour les KO et je ne voulais pas montrer des choses que l'on avait déjà vu de moi. J'avais envie de montrer d'autres facettes de l'artiste que je suis en prenant un risque qui, j'espère, sera payant. Pour les KO, je voulais vraiment profiter du fait que tout le monde sache que c'était le choix du candidat pour montrer que je pouvais vraiment aller ailleurs que là où on m'attend.

Qu'a dit Amel Bent quand tu lui a présenté cette chanson ?

Elle a été surprise dans le bon sens du terme. Je sais que c'est une chanson qu'elle aime beaucoup et que c'est un artiste qu'elle apprécie beaucoup.

Quels conseils a-t-elle pu te donner puisque tu sembles avoir une idée très précise de ce que tu veux faire ?

Elle a été d'une grande aide dans l'interprétation et l'incarnation de ce texte. Là, j'ai vraiment fait le focus sur l'interprétation et sur l'émotion et je voulais mettre de côté l'aspect performance vocale dans lequel je suis peut-être identifié depuis les auditions à l'aveugle. Je voulais vraiment épurer tout ça et poposer quelque chose d'assez intimiste, d'assez personnel et les conseils d'Amel m'ont vraiment aidé à faire sonner les mots avec justesse.

Le fait de chanter une chanson aussi importante donne-t-elle lieu à un stress supplémentaire ?

Pour moi, il y avait un enjeu particulier, c'était celui de prendre un positionnement qui peut-être en déroutera certains, peut-être en décevra d'autres, je ne sais pas mais c'était vraiment important pour moi. Je dis toujours que la musique n'a pas de frontière et j'ai une crainte en tant qu'artiste c'est d'être étiqueté. Surtout que je suis arrivé avec une musique qui me fait vibrer, la soul music que j'adore et le titre "Georgia On My Mind". Mais j'aime plein d'autres choses et mon identité artistique est constituée de toute ces choses. Et là je voulais saisir cette opportunité là parce que je sais très bien que ça peut être la dernière fois. C'est pour ça qu'il y a beaucoup de stress parce qu'on se dit qu'on a cette occasion supplémentaire de proposer quelque chose mais on se demande aussi ce que l'on va faire et quelles sont nos priorités. La mienne, pour cette potentielle dernière étape, c'était de montrer cette nouvelle facette de moi et de l'exposer à Amel, aux téléspectateurs et aux autres coachs : voilà ce que je suis aussi. 

Propos recueillis par Grégory Curot