Jim Bauer dans "The Voice" : "Dans l'émission, il n' y a pas d'esprit de compétition"

Jim Bauer dans "The Voice" : "Dans l'émission, il n' y a pas d'esprit de compétition"
Copyright bureau 233.

Les battles de "The Voice" commencent ce soir.

Alors que les battles de "The Voice" débute ce soir, samedi 26 mars, on a interrogé Jim Bauer, un des talents de l'équipe de Marc Lavoine sur cette nouvelle étape de l'aventure.

Comment ça se passe après les auditions à l'aveugle ?

On enchaîne quand même assez vite sur les battles. On a 4-5 jours de break pour profiter mais après, on nous rappelle assez vite pour définir la suite. On va se voir, on va savoir avec qui on est en battle etc. On nous donne un emploi du temps avec des rendez-vous.

A quel moment tu sais à qui tu vas être opposé lors de ta battle ?

Le jour du coaching avec Marc Lavoine. Une fois que l'on sait avec qui on va chanter, on a une petite pause, le temps d'apprendre un petit peu la chanson avant d'enchaîner directement sur le coaching. Après, on la retravaille plusieurs fois, notamment avec les coachs vocaux de l'émission ou les coachs scéniques. Ensuite, on fait une grosse répétition en présence de Marc Lavoine pour les derniers ajustements.

Est-ce que vous vous connaissez entre talents avant d'être tous réunis ?

Non, à part ceux qui sont passé le même jour que nous lors des auditions à l'aveugle. Après, au fur et à mesure, on se connaît de plus en plus mais par exemple, je ne connaissais pas Luciano avec qui j'ai fait ma battle. Je n'ai découvert toute l'équipe de Marc Lavoine qu'une fois que toutes les auditions à l'aveugle ont été terminées.

Tu disais que tu ne connaissais pas Luciano. Une fois que vous savez que vous allez travailler ensemble, est-ce que vous voyez, vous échangez ou est-ce qu'il y a un esprit de compétition ?

Dans l'émission, il n'y a pas d'esprit de compétition. En tout cas, Luciano et moi, on s'est rencontré, on a parlé, on a bossé la chanson, on a défini un nombre de phrases équilibré, définit qui est le plus à l'aise sur quelle partie pour trouver le bon équilibre pour que l'on soit tous les deux au max, le plus à l'aise possible. On était vraiment dans une mentalité de duo pour faire en sorte que chacun puisse donner le meilleur de lui-même dans les circontances.

Comment intervient Marc Lavoine alors ?

Il intervient après que nous ayons fait un premier déblayage. Quand on arrive devant Marc Lavoine, on la chante la chansons donc on a eu un petit moment pour se calibrer mais tout se passe dans la même journée. On chante avec le texte sous les yeux et on a le droit à l'erreur. L'avantage, c'est que Luciano et moi, on connaissait le titre. Et puis, même si on la travaille un peu, on n'arrive pas avec une idée super précise de ce que l'on va faire. Comme on est tous les deux musiciens, on a eu des idées de mélodies etc. Marc ensuite nous dit d'en garder certaines et nous ouvre d'autres pistes et nous donne des conseils. C'est un dialogue où chacun avance ses arguments. Et puis, à la fin, c'est nous qui nous retrouvons sur scène donc on essaie de faire les choses en bonne intelligence.

Combien de temps dure un coaching ?

C'est un premier coaching d'une bonne heure. Après, il y a plusieurs coachings avec d'autres coachs. Ensuite, on refait une grosse répétition avec Marc et après, on refait encore un filage sans Marc juste avant de passer donc on a quand même pas mal de répétitions.

Avec tout ça, est-ce que tu t'entraines de ton côté ?

Avec Luciano, comme on est tous les deux musiciens et qu'on a un peu de matériel pour s'enregistrer etc, on a fait un petit ping-pong par mail où on s'est enregistré, on s'est envoyé nos voix, on s'est proposé de nouvelles idées. On a travaillé comme ça, en s'enregistrant chacun de notre côté pour pouvoir s'entraîner et être bien solide le jour du prime.

Ce jour-là, justement, est-ce Marc Lavoine vous parle à chacun ou vous considère-t-il comme un duo ?

Il ne parle jamais à l'un sans inclure l'autre. Il nous parle toujours à tous les deux. On entend toujours ce qu'il dit à l'autre mais par contre il peut ne s'adresser qu'à un seul d'entre nous pour lui dire quelque chose de précis ce qui est normal. Mais il travaille vraiment ça comme un duo. Peu d'artistes vont percevoir ça comme une battle. Une battle, c'est le concept de l'émission, c'est pour le show mais aucun artiste ne va monter sur scène et partager une chanson avec l'idée de briller plus que l'autre ou dans celle de le rabaisser. Ça ne peut pas exister car cela rabaisserait les deux. A la fin, on créé une oeuvre ensemble donc on est tous dans une mentalité d'équipe et de duo, il n'y pas du tout d'esprit de compétition là-dedans.

Propos recueillis par Grégory Curot



En ce moment sur M Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios