Nicola Sirkis "ne croit plus en Dieu" depuis la mort de son frère Stéphane

Nicola Sirkis "ne croit plus en Dieu" depuis la mort de son frère Stéphane

Cette perte a tout changé.

C'est un sujet dont il ne parle pas forcément facilement même si son engagement anti-drogue vient de là. Stéphane, le frère jumeau de Nicola Sirkis a disparu en 1999 des suites d'une hépatite C. Le chanteur d'Indochine, invité de l'émission "Hors-Piste" sur France Inter, est revenu sur cette perte qui l'a profondément marquée même si, un temps, le parcours des deux frères a pris des chemins divergents.

"Pendant toute notre enfance, on nous a appelés les jumeaux, on nous habillait pareil. Nos chemins se sont séparés, lui, il est parti dans une sorte de politique extrême gauche, moi j'étais plus sensible. Il y a eu une confrontation artistique de toute façon. Dans le domaine de l'intime, je n'ai pas ressenti ça comme ça."

Après, une fois que Stéphane a commencé à se débattre avec des problèmes de drogue, Nicola a eu du mal à l'aider. D'autant plus que la décision ne lui appartenait pas et que son frère n'avait pas forcément envie de s'en sortir.

"Quand on essaie de sortir quelqu'un de son addiction et de voir qu'il n’en a pas envie, c'est soit lui soit nous. À un moment donné, le choix est fait d'une façon implacable."

Cela a beau faire plus de 20 ans que son frère a disparu, Nicola Sirkis, s'il a pu continuer à vivre avec cette perte, reconnaît tout de même que le choc a été très dur à encaisser et qu'il y a encore quelques résurgences aujourd'hui.

"On peut vivre sans sa moitié parce qu'il m'a donné la force de continuer. Une force contre lui d'être en colère contre lui pour ce qu'il s'est passé. J'ai beaucoup de regrets et de remords sur cette situation mais ça fait avancer. Dans le groupe, il y avait deux personnes qui avaient une addiction effroyable et on a pu en sauver qu'un. Malheureusement, ce n'était pas mon frère. Dans les familles, cette situation est insurmontable (...) depuis que j'ai vu mon frère mort, je ne crois plus en Dieu".